Les mouillages le long de l'île de Malekula

 

L'île de Malekula est la plus grande île des Vanuatu mais aussi la moins peuplée. Elle est essentiellement couverte d'une végétation dense, à l'exception de quelques villages le long de la côte, et de petites îles réparties le long de la côte, à savoir, du nord au sud, Vao, Atchin, Mala,Uri et les Maskelynes tout au sud. 

Vous trouverez ci-dessous les photos de nos mouillages les plus plaisants. Nous avons partout rencontré le même accueil chaleureux, une personne, toujours un homme, se présentant tout de suite à notre arrivée pour nous servir de guide dans le village, parfois nous inviter à partager un repas avec sa famille comme l'a fait Tom aux Maskelynes.

 

Au mouillage devant l'île de Atchin, nous avons eu une visite qui nous a particulièrement marquée. Il était environ 08h du soir, nous étions le seul bateau au mouillage, nous finissions de diner dans le cockpit et la nuit était complètement noire autour de nous, pas de lune, plus de lumières dans le village, quand nous avons entendu des clapotis inhabituels autour du bateau. Le Capitaine prend la lampe pour éclairer la mer autour de nous, et là, nous nous trouvons nez à nez avec un vieux monsieur arrivé dans sa petite pirogue en bois. IL nous dit s'appeler Lucas et nous passe tout de suite un régime de bananes, des oeufs dans un petit panier treesé en feuilles de palmes comme ils font ici et un pamplemousse. Il nous dit venir de la "main land", à savoir l'île de Malekula située à environ 1,5 nM de nous et nous demande 1000 VT (environ 8 euros) pour sa "livraison", ce qui est en fait très cher par rapport au cours des marchés locaux. Mais nous étions tellement sous le choc que nous avons payé sans discuter. Il est reparti tout de suite en pagaillant sur sa petite pirogue à balancier, très très étroite. Très émouvant!

 

Aux Maskelyns, dans le village de Peskarus, Tom, notre guide, nous emmène à l'Eglise le dimanche. Nous assistons au culte en Bichlama, sans rien comprendre évidemment. L'église est absolument pleine, enfants et adultes, tout le village semble être présent. Hommes d'un côté, femmes de l'autres, toutes en robe blanche et bleu faite par elles. A la fin, les pasteurs ou officiants, ainsi que quelques dignitaires du village se mettent en rang pour que les paroissines leur serrent la main en sortant. Et nous sommes placés d'office (nous, nos amis d'Orionde et une famille allemande avec trois jeunes enfants) au bout de la rangée et avons donc serré la main de 150 à 200 personnes qui nous disent toutes "God bless you", ou "Thank you for coming". Encore une belle expérience!

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Carole Beaumont