Petites Antilles et Grenadines

 

 

Nous sommes arrivés à la marina du Marin au sud de la Martinique le 06 février 2016, le même jour que notre ami Olivier de Mot arrivait sur Pitchounet , le bateau d'un ami après avoir traversé l'Atlantique avec le rallye Atlantic Odysee de Jimmy Cornell.

Nos deux bateaux sont arrivés le même jour par le plus grand des hasards, et pour notre plus grand plaisir! Nous avons pu aller au carnaval à fort de France avec Olivier et Dominique de Mot, très sympa.

 

Nous sommes ensuite restés dix jours à bricoler à bord, pour faire réparer entre autres l'alimentation du PC et l'évaporateur du petit frigo. Les choses ici se font...mais lentement. 

 

Guillaume et Lucile sont arrivés le 14 février. Nous avons d'abord fait un petit tour dans l'île et visité le magnifique jardin Balata, un jardin tropical trés original.

 

 

Croisière avec Guillaume et Lucile

 

 

Le 16 février, nous sommes partis, direction Sainte Lucie. Une première étape de 30 miles, un bon test pour Lucile qui n'avait jamais trop navigué sur un voilier. Test réussi!

Nous nous arrêtons à Marigot Bay sur Ste Lucie, un premier mouillage aux eaux turquoises, le premier d'une longue série.

 

Départ de Marigot Bay le 17 février à 21h30. Deuxième étape plus longue, mais de nuit cette fois-ci, pour épargner notre équipière. Très belle nuit étoilée, qui nous a permis d'arriver au matin à Admiralty Bay à Bequia. Une baie assez encombrée mais très sympathique. Nous y avons d'ailleurs retrouvé Gwendal et sa chate Touline que nous n'avions pas vus depuis Salvador, et Philippe sur Odyssea que nous avions quitté à Jacaré en avril 2015.

Ravitaillement au pittoresque "Rasta Market"

 

Le 20 février, nous partons au petit matin et prenons le petit-déjeuner en mer avec des croissants commandés la veille à des "boat-boys". Nous arrivons 3 heures plus tard dans Salt Whistle Bay à Mayreau. Un mouillage paradisiaque, avec eaux turquoises, sable blanc et cocotiers!

Un petit défaut quand même: la nuit, la cabine a été envahie par des chauve-souris! Elles entraient par les capots mais trouver la sortie était beaucoup plus difficile. Heureusement, leur vol est d'une précision incroyable, et non, elles ne se prennent pas dans les cheveux!

Le lendemain, nous partons au moteur (grande étape de 2 miles!) vers les Tobago Cays, un ensemble de petites îles inhabitées au nom sympathique (Petit Rameau, Petit Bateau, Baradal, Petit Tabac et Jamesby) et un grand récif coralien en forme de fer à cheval. Encore un lieu magique. Nous mouillons sur coffre entre Petit Bateau et Peti Rameau. Puis snorkeling au milieu des tortues et des poissons tropicaux, magnifiques. Quelques belles raies un peu menaçantes sont aussi passées près de nous.

Bien sûr, il y a beaucoup d'autres bateaux dans tous ces mouillages paradisiaques, surtout des catamarans de location. Mais dans l'ensemble, nous ne sommes pas dérangés.

Le 22 février, nous nous déplaçons (au moteur, en tirant l'annexe!!) jusqu'à l'île d'Union. Encore un mouillage sympathique dans les eaux turquoises, avec des kite surf qui passent juste devant notre étrave. Le soir, apéro sur une toute petite île, dans un bistro tenu par deux rastas. Après dîner, Guillaume et Lucile vont sur la plage, à la Full Moon Kitesurf Beach party. Quelques fous font du kitesurf de nuit, avec des pantalons lumineux!

Le lendemain,encore un peu de snorkeling puis départ pour Petite Martinique, une petite île avec une sympathique communauté de pêcheurs et peu de touristes. C'est la première des Grenadines de Grenade, les îles précédentes faisant partie des Grenadines de Saint Vincent. Evidemment, tout cela nécessite des passages fréquents aux bureaux de douane et d'immigration des différentes îles, mais si c'est le seul prix à payer pour profiter de ces coins magnifiques, c'est acceptable. Enfin, le seul prix à payer, c'est une façon de parler car tout est très cher. La monnaie ici,est le East Carabean Dollar.

Le 24 février, nous arrivons à Tyrrel Bay sur l'île de Carriacou, encore un mouillage symathique. Un pêcheur vient nous proposer deux langoustes pour le dîner; cette fois-ci nous acceptons après plusieurs refus sur les îles précédentes, les prix nous ayant semblé trop chers. C'est Guillaume et Lucile qui régalent, avec un délicieux vin blanc apporté par eux, qui attendait sagement dans le frigidaire que nous trouvions la langouste.

Dernier mouillage avant Grenade d'où Gullaume et Lucile repartent en prennant un avion pour Fort de France (via Barbados), puis un avion pour Orly.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Carole Beaumont