Nouvelle Zélande

La Nouvelle Zélande est un pays très agréable. Certes, ce n’est pas aussi dépaysant que la Polynésie ou l’Indonésie et les paysages magnifiques et variés que l’on rencontre ici existent aussi en Europe. Mais on trouve dans un même pays des forêts tropicales et des mangroves, des montagnes enneigées, des eaux sulfureuses, des volcans, des fjords profonds, des immenses plages de sable fin totalement désertes…et j’en passe.

Mais que ce pays est plaisant ! Les habitants sont cools. Ils ont la courtoisie et le pragmatisme des Anglo-saxons mais ils sont joyeux, simples et communicatifs. Certes, c’est un pays très réglementé , ce qui peut paraître pesant à des esprits latins indépendants ! Mais les NéoZ sont des « nature lovers » et le Department of Conservation (DOC) a mis en œuvre une politique de préservation de la nature très active tout en rendant la nature accessible aux plus grands nombres. IL y a un très grand nombre de walking trails ou biking trails très bien aménagés, bien fléchés, très délimités avec interdiction de quitter le chemin, mises en garde de toutes sortes contre les dangers du chemin, des barrières pour respecter le bétail ou la faune sauvage, escaliers en bois dans les côtes, chemin de planches au-dessus des marais, toilettes sèches, campings très bien entretenus dans des beaux décors etc….

 

L’histoire de la Nouvelle Zélande depuis la découverte par James Cook sur son beau bateau Endeavour jusqu’à nos jours est émaillée de difficultés de cohabitation entre les Maori, peuple d’origine polynésienne venu de Hawaï et les colons et missionnaires d’origine Anglo-saxonne. C’est un peu la même histoire qui se répète dans toutes les îles du Pacifique mais finalement, ici, un équilibre semble avoir été trouvé entre les deux populations. Le traité de Waitangi signé le 06 février 1840 entre les chefs Maori et les représentants de la couronne Britannique représente la fondation du pays. Même s’il n’a pas toujours été respecté par les Britanniques, ce traité a joué un rôle majeur dans le partage des terres et la cohabitation entre les deux peuples. Cependant, comme en atteste le panneau ci-dessous trouvé sur un "bike trail", les contentieux persistent toujours.

 

Arrivée en Nouvelle Zélande

Notre découverte de la NZ remonte à Novembre 2018, quand nous sommes arrivés à Opua dans la Bay of Islands en provenance des Vanuatu. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, nous étions soulagés d’être arrivés là après une belle traversée, ce trajet étant réputé difficile. La marina de Opua est un port d’entré en NZ très bien organisé. Un grand ponton est réservé aux bateaux arrivant de l’étranger et arborant un pavillon jaune dans les haubans. Arrivent ensuite douaniers, officiels de l’immigration et de la Biosecurité. A condition d’avoir prévenu de son arrivée en remplissant en ligne, plusieurs jours à l’avance , tous les papiers nécessaires, tout se passe vite et bien. A condition aussi d’avoir nettoyé la coque car celle-ci est inspectée avec une caméra submersible, et d’avoir jeté tous les produits frais (légumes, viande, lait etc…) , car rien de potentiellement « contaminé » ne doit entrer dans le pays. Et à condition de ne pas se faire prendre à planquer des denrées interdites que l’on aurait voulu garder, car là, la sentence peut être sévère !

 

Ensuite, nous avons laissé le Folligou dix mois à sec au chantier Norsand, sur les bords de la rivière de Whangarei. Chantier très agréable et efficace. Le chantier héberge des professionnels très compétents et nous en avons profité pour faire repeindre le roof et le pont du bateau et rénover les dérives. Très beau travail.

A notre retour en Novembre 2019, nous sommes allés à Opua pour prendre possession des nouvelles voiles que nous avions fait faire en notre absence par North Sails, avec la méthode novatrice du 3Di Nordac. Plus d’infos ici

Puis nous avons fait un peu de tourisme terrestre et de cabotage en bateau le long de la côte NE, et dans les îles, dans la région dite du Far North. Très beau.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Carole Beaumont